De bons apôtres
au chevet de la presse romande


Les grands bouleversements sont propices à l’ouverture de nouvelles perspectives. Ils s’accompagnent aussi de moments de désarroi. La presse écrite en Suisse romande vit des temps difficiles. Cela vaut au médiateur ce commentaire d’un lecteur: «Il ne fait aucun doute que c’est la perte de crédibilité de la presse qui la conduit à la ruine».

L’avis est largement partagé. Il n’est que de se balader sur la plate-forme des blogs de la Tribune de Genève, sur celle de 24 heures ou alentour. Les bons apôtres se bousculent.

Il suffirait, dit l’un, d’écouter enfin la voix du peuple, qui a l’accent de l’UDC. En Suisse alémanique, la Weltwoche cartonne. Les quotidiens, dit un autre, n’ont qu’à se distribuer gratuitement. 20 Minutes s’en sort fort bien. Selon un troisième, les motifs avancés pour expliquer la crise – la révolution de l’Internet et l’exode des annonceurs – ne seraient que des prétextes. Ils ne tromperaient personne. Voyez Le Courrier, valeureux survivant presque sans publicité ni moyens sophistiqués!

Dommage! Les derniers chiffres d’audience publiés en avril sont de nature à rafraîchir les enthousiasmes. La Weltwoche perd plus d’un lecteur sur cinq en un an. 20 Minutes reste le titre le plus lu de Suisse, ses trois éditions linguistiques confondues; mais l’audience de l’édition papier en français est en recul.

Nos bons apôtres ne sont pourtant pas avares de conseils. Les journaux retrouveraient leur crédibilité, leur public et leurs revenus s’ils se laissaient insuffler davantage de pluralisme ou de goût pour la recherche. S’ils résistaient à tout suivisme journalistique, s’ils osaient s’écarter du sillage des décideurs. Ou encore s’ils s’affranchissaient de l’influence morale de la bien-pensance.

Pourquoi ne pas en débattre? Il est toujours possible de faire mieux, d’approfondir plutôt que de survoler, de rencontrer des gens plutôt que de reproduire des dépêches, de partir à la découverte plutôt que d’attendre la chute des marrons à la rentrée.

La difficulté est d’établir une suite logique qui verrait s’enchaîner, maillon après maillon, la qualité journalistique d’un média, sa crédibilité auprès du public, sa diffusion, son audience et enfin sa rentabilité. Les choses sont plus complexes.

L’ennui est aussi que nos bons apôtres partent pour la plupart d’une vision convenue: un paysage médiatique uniforme et gris, des rédactions obséquieuses et conformistes, des journalistes dépourvus de curiosité, frileux dès qu’il s’agit de sortir de leur confort. En totale perte de crédibilité, donc.

Une telle sévérité ne reposerait-elle pas, au fond, sur la croyance illusoire en un âge d’or et de vertu dont la presse aurait en deux ou trois lustres dilapidé l’héritage?

Les productions actuelles de nombreux journaux, «établis» dans le courant médiatique dominant, et pour cette raison souvent vilipendés, ne correspondent pas vraiment au tableau. Des journaux où se découvrent aussi des points de vue dérangeants, des mises au jour inattendues, le coltinage de sujets ardus, de nouveaux modes d’écriture de l’actualité.

L’équipe d’enquête du Matin Dimanche et de la SonntagsZeitung n’est-elle pas associée au consortium international de journalistes qui vient de recevoir un prix Pulitzer pour ses révélations sur les Panama Papers?

Dans ce petit coin qu’est la Suisse romande, la question est de savoir si ces efforts  pour améliorer qualité et crédibilité sont capables de doter les journaux sur papier de la capacité d’apprivoiser l’Internet tout en s’assurant une audience prête à payer pour leur prestations et assez étoffée pour leur rendre la santé économique.

Ecrire au médiateur

Daniel Cornu, le médiateur des publications Tamedia Publications romandes SA, peut être contacté par tout lecteur qui n’est pas satisfait de la réponse réservée par une rédaction à ses remarques ou réclamations touchant aux pratiques journalistiques.

Ecrire au médiateur


Ecrire un commentaire

Dites-nous ce que vous pensez de ce billet. Ecrivez un commentaire!

Vos commentaires

Soyez le premier à écrire un commentaire!