Enquêtes, sondages et questions du jour


Voilà un petit assortiment qui provoque des interpellations assez régulières au médiateur. Même en laissant de côté la question controversée du sondage d’opinion avant une échéance politique, que le public ne manque pas de lire le plus souvent comme une prémonition, il reste assez de grain à moudre.
Une lectrice de 24 Heures vient de s’émouvoir de la présentation d’une enquête menée auprès de commerces lausannois sur le thème de la sécurité. Les sondages périodiquement organisés par la Tribune de Genève auprès de son lectorat ne manquent pas non plus de susciter des réactions. Le dernier en date porte sur la mobilité à Genève.
La mise en cause des méthodes et des interprétations dépend ordinairement du résultat de l’enquête, selon qu’il plaît ou déplaît. Aucune personne dont les opinions personnelles sont confortées par ce dernier n’a jamais protesté. Dans la plupart des cas, les critiques dénoncent une tentative de manipulation de la part des journaux.
D’un point de vue strictement journalistique, rien ne remplace l’enquête de terrain menée auprès de «vraies gens» comme on dit, des personnes en chair et en os. L’art du métier consiste à les amener à s’exprimer, tout en recherchant un juste équilibre entre les avis discordants, en faisant place aux nuances, en s’imbibant en somme comme une éponge de ce mélange improbable qui s’appelle l’opinion publique.
Le recours aux sondages, utile quand il complète la démarche journalistique, tend parfois à s’y substituer. Non sans perte de substance. Les questions ne sont jamais aussi riches que peut l’être l’expression spontanée. Il demeure que les écarts énormes et scandaleux entre la tendance de l’opinion ainsi établie et son état réel relèvent de l’exception.
Dans le premier des cas cités, celui de 24 Heures, la rédaction répercute les résultats d’une enquête menée auprès de commerçants de la capitale vaudoise, afin de prévenir les délits auxquels leur activité est exposée. Ces personnes étaient invitées à répondre spontanément à un questionnaire. Le journal  souligne par deux fois l’étroitesse de l’échantillon ainsi constitué: moins de 12% de réponses sur 2760 magasins. Il cite en particulier les réserves émises par un criminologue chargé de les analyser.
Tout au plus l’auteur de l’article aurait-il pu reprendre dans le corps du texte la nécessaire précision figurant dans un encadré. Ce ne sont pas 62,95 % des commerçants qui déclarent avoir subi des vols à l’étalage, par exemple, mais 62,95% des commerçants qui ont répondu. La masse fond aussitôt: il s’agit donc de moins des deux tiers de moins de 12%!
Dans le cas des «baromètres» de la Tribune de Genève, l’échantillon est constitué sur une base volontaire parmi les membres du cercle des lecteurs du journal. Il s’agit de quelque 300 personnes, dont le nombre est finalement réduit de moitié afin de rendre le panel conforme à la pyramide des âges et à la répartition des sexes au sein du lectorat. Le quotidien genevois prend la précaution de signaler que l’échantillon représente son propre lectorat, et non la population genevoise, ni les citoyens disposant du droit de vote. Cela ne suffit pas à éviter les malentendus.
Restent enfin les sondages quotidiens autour de la «question du jour», que pratiquent les deux journaux régionaux. Ils transitent par leurs sites Internet. Leur indication informative est aléatoire. Fondés eux aussi sur la participation spontanée des internautes, ils ne sont pas imperméables aux manœuvres et aux manipulations, même s’il semble que de telles distorsions soient plutôt rares. Les sondages «participatifs» tiennent de la volonté d’entretenir un lien social, davantage que de restituer l’état d’une opinion… même du simple lectorat.

Ecrire au médiateur

Daniel Cornu, le médiateur des publications Tamedia Publications romandes SA, peut être contacté par tout lecteur qui n’est pas satisfait de la réponse réservée par une rédaction à ses remarques ou réclamations touchant aux pratiques journalistiques.

Ecrire au médiateur


Ecrire un commentaire

Dites-nous ce que vous pensez de ce billet. Ecrivez un commentaire!

Vos commentaires

Soyez le premier à écrire un commentaire!