WikiLeaks censure aussi!


Juste quelques lignes, tirées des bonnes feuilles du livre de Daniel Domscheit-Berg, Inside WikiLeaks, parues dans Le Temps. «WikiLeaks recevait trop de documents. L’organisation était submergée et contrainte à des choix: quelles fuites rendre publiques? (…) Tout choix est une forme de censure, et toute censure revêt aussi un caractère politique. Comme une seule et même personne, en l’occurrence Julian Assange, tirait les fils, WL jouait un rôle politique actif au niveau mondial, ce que le projet initial ne prévoyait pas du tout.»
Daniel Domscheit-Berg était le second du fondateur de WL (WikiLeaks). Les deux hommes se sont séparés en octobre de l’année dernière. Domscheit-Berg lance une nouvelle plate-forme, OpenLeaks. Comment assurera-t-il à son tour l’exigence fondatrice de transparence et comment résistera-t-il aux impératifs du choix?
Beaucoup, sinon tout, a déjà été dit du projet de WikiLeaks, de ses vertus et de ses vices. Les propos de Domscheit-Berg apportent sur l’opération un éclairage très ordinaire, et pourtant relativement peu utilisé jusqu’ici. Les observateurs critiques ont relevé qu’une telle plate-forme participe de la surinformation, qui finit par noyer l’information. Ils ont moins souvent souligné qu’elle reste soumise pour sa part à une surabondance de fuites. Elle est obligée de trier.
Le journalisme traditionnel tente d’appliquer au jour le jour quelques critères simples de choix des nouvelles: leur actualité, leur adéquation à un public donné, leur capacité à toucher ce public. S’y ajoute subrepticement une exigence d’intelligibilité. Les réalités trop complexes, dont le traitement exige du temps et des compétences, sont plus rarement retenues par le tamis rédactionnel.
Dans les médias d’information, les critères ne sont pas prioritairement politiques, au sens partisan. Tout au plus correspondent-ils à une politique éditoriale, qui privilégie tel ou tel type de nouvelles – dont je n’ai cependant pas la naïveté de prétendre qu’ils sont dégagés de toute conséquence et de toute influence en termes politiques.

Choix ou censure?
Si l’on suit Domscheit-Berg, tout choix est une forme de censure. En qualité de médiateur, c’est un reproche auquel je suis fréquemment confronté. De la part d’acteurs sociaux, étonnés que leurs propos n’aient pas été répercutés. D’organisateurs de manifestations, dépités par le silence de la presse. D’habitués des sites de journaux, déçus que leurs commentaires ne soient pas retenus.
Les deux premières catégories sont indulgentes. Leurs représentants comprennent qu’une surface rédactionnelle n’est pas extensible à l’infini, qu’il n’est pas possible de parler de tous et de tout. En Suisse romande, la disparition de quotidiens locaux entraîne dans plusieurs régions celle de petites nouvelles locales de proximité. Le relais est pris dans certains cas par des stations de radio ou des chaînes de télévision régionales; celles-ci n’en sont pas moins également obligées d’opérer des choix.
Quant à la troisième catégorie, celle des internautes, elle est plus difficile à convaincre. L’exiguïté de l’espace d’un journal ou les limites de durée d’une émission ne sont pas des arguments. L’internet est extensible à l’infini! C’est d’ailleurs moins sur le terrain de l’information que se situe le litige que sur celui des opinions. Comment persuader alors un plaignant que son commentaire n’est pas écarté pour absence de conformité avec la ligne, réelle ou supposée, d’un journal? Qu’il l’est pour manque de pertinence, de clarté, de concision, de courtoisie?
Sur cette question, le soupçon de censure est toujours présent. Et le débat ne sera jamais clos.

Ecrire au médiateur

Daniel Cornu, le médiateur des publications Tamedia Publications romandes SA, peut être contacté par tout lecteur qui n’est pas satisfait de la réponse réservée par une rédaction à ses remarques ou réclamations touchant aux pratiques journalistiques.

Ecrire au médiateur


Ecrire un commentaire

Dites-nous ce que vous pensez de ce billet. Ecrivez un commentaire!

Vos commentaires

Soyez le premier à écrire un commentaire!