Deux médiateurs de presse sous la loupe


Le médiateur serait-il un bon sujet? Voilà qu’une étudiante de l’Université de Genève, Louise Roux, vient de consacrer son mémoire de maîtrise à une analyse comparative des chroniques de Véronique Maurus, médiatrice du Monde, et de celles du médiateur d’Edipresse, publiées dans cette Page du médiateur. Le travail est assez technique quant à l’application des instruments d’analyse. Il est fort intéressant dans ses conclusions.
Le domaine des médias est particulièrement sensible. Une concurrence s’est installée entre les journalistes et les sociologues, se disputant autour de leur compétence et de leur légitimité à observer la réalité. Il existe pourtant dans l’histoire une figure conciliatrice: celle de Robert Park (1864-1944), qui fut journaliste avant de devenir l’un des fondateurs de l’importante école sociologique de Chicago. Il est heureux qu’un livre récent, en français, lui rende justice: Le journaliste et le sociologue (textes présentés et commentés par Géraldine Muhlmann et Edwy Plenel).
Journalistes et sociologues. Le malaise s’accroît lorsque les uns prétendent parler des autres. Le malentendu est fréquent entre les observés ordinaires (les journalistes) et les observateurs (les sociologues). Il n’est pas moindre lorsque les journalistes s’avisent de parler des sociologues – voir Daniel Schneidermann à propos de Pierre Bourdieu.
Dans ce climat plutôt tendu, il est donc permis à un médiateur de presse (qui plus est objet de l’étude!) de relever les qualités de rigueur et le sens des nuances affichés dans son mémoire par Louise Roux. Désormais titulaire d’une maîtrise en sciences de la communication et des médias, elle part de trois hypothèses:
– Le médiateur privilégie les interventions dans le domaine qu’il connaît le mieux: le journal et ses pratiques; ce privilège tend à s’exercer au détriment de thèmes concernant plus directement les lecteurs.
– Le médiateur n’exerce pas systématiquement les fonctions qui lui sont idéalement prêtées.
– Le médiateur de presse est lié au journal qui l’emploie (dont il est souvent un ancien collaborateur de la rédaction), il l’est financièrement et moralement, et donc il vise moins à expliquer les pratiques du journal aux lecteurs qu’à argumenter à leur intention.
Sur la base des chroniques parues entre mai 2007 et janvier 2009, Louise Roux commence par démontrer que les médiateurs accordent effectivement – dans leurs chroniques! –  moins d’importance aux sujets intéressants directement les lecteurs (mauvaise diffusion du journal, distribution tardive, messages laissés sans réponse, lettre non publiée, etc.) qu’aux questions concernant la couverture journalistique de l’actualité et les pratiques du journal.
Elle constate ensuite que l’ensemble des principales fonctions de la médiation de presse sont assurées par les deux médiateurs sous observation: traitement dans la chronique de messages de lecteurs, notification de remarques de lecteurs à la rédaction, réponses personnelles aux lecteurs, vérification du bien-fondé des critiques, correction des erreurs, explication des pratiques et enfin formulation d’un avis sur les pratiques. Elle admet que certaines de ces fonctions ne s’expriment pas nécessairement ni systématiquement dans les chroniques elles-mêmes.
Enfin, la dernière hypothèse ne se vérifie qu’à moitié. Lorsqu’une pratique journalistique fait problème, les médiateurs argumentent certes plus qu’ils n’expliquent (la différence répond à des critères d’analyse du discours). Mais ils ne cherchent pas plus à défendre le journal (projet contenu dans l’hypothèse de départ) qu’à convaincre le lectorat du bien-fondé des pratiques journalistiques. La raison d’entreprise n’est donc pas impérieuse: «La loyauté des deux médiateurs, écrit Louise Roux, a des limites.» On peut y lire un indice de leur indépendance.

Ecrire au médiateur

Daniel Cornu, le médiateur des publications Tamedia Publications romandes SA, peut être contacté par tout lecteur qui n’est pas satisfait de la réponse réservée par une rédaction à ses remarques ou réclamations touchant aux pratiques journalistiques.

Ecrire au médiateur


Ecrire un commentaire

Dites-nous ce que vous pensez de ce billet. Ecrivez un commentaire!

Vos commentaires

Soyez le premier à écrire un commentaire!