Où va la presse?


A vrai dire, personne ne sait très bien. Courrier international vient de consacrer au sujet un remarquable numéro spécial (du 18 au 24 juin). Xavier Ternisien, envoyé spécial du Monde, a visité aux Etats-Unis quelques-uns des laboratoires où se pense, s’imagine, s’expérimente la presse de demain (éditions du 30 juin et du 15 juillet). L’information sera dématérialisée, raconte-t-il, et suivra, portée par des « objets intelligents », le lecteur dans tous ses déplacements. Comme le journal dans la poche de l’imper de grand-papa! C’est passionnant, mais cela laisse à ce jour d’innombrables questions et très peu de certitudes.
Ce qui est sûr, c’est que des quotidiens américains ont été contraints de mettre la clé sous la porte (Rocky Mountain News de Denver, Albuquerque Tribune, The Bulletin de Philadelphie) ; que d’autres ont basculé sur la Toile (Seattle Post-Intelligencer, Tucson Citizen, The Christian Science Monitor, de très ancienne réputation). Le groupe Tribune, qui édite des journaux aussi importants que le Los Angeles Times et le Chicago Tribune, a déposé son bilan. D’autres titres sont menacés, comme le Miami Herald, le San Francisco Chronicle ou encore le Boston Globe.
Avec eux, c’est toute une mythologie de la presse écrite qui se délite. Le modèle économique traditionnel s’effondre sous les effets conjugués de la migration (peu rentable!) des annonces vers l’Internet et du resserrement du marché publicitaire pour cause de crise économique. Un changement de culture s’opère. Le roulement des rotatives, popularisé par les films de série B et les romans noirs américains, est en passe de rejoindre la lueur des lampes à huile.
L’enjeu est politique. La disparition de la presse écrite mettrait-elle en danger la démocratie? La question se pose sérieusement. Non pas à l’échelle d’un Etat, pour autant que les grands médias électroniques traditionnels, la radio et la télévision, continuent de servir de plate-forme à une information d’intérêt général. Mais au sein de petites communautés. Une étude américaine a mesuré déjà des signes de désaffection. Au Royaume-Uni, la presse locale et régionale souffre, illustrant le dépérissement économique et démographique de leur aire de diffusion.
Cela ne signifie pas que tout soit perdu. Après tout, dans l’histoire de la démocratie, les médias n’ont pas toujours été «de masse». Ce qui est vital en démocratie, ce n’est pas le journal qui emballera demain les légumes du marché – encore que de nombreuses raisons existent d’y rester attaché, et pas seulement par sentimentalisme. Ce qui est vital en démocratie, c’est l’information, sa circulation, sa crédibilité, son exposition à des regards critiques. C’est la permanence de gens qui font métier de l’établir, cette information, de la communiquer, de la certifier, de l’ouvrir au commentaire, et que l’on appelle des journalistes.
Si les grands médias devaient considérer que leur salut économique passe par la seule culture des faits divers (déjà envahissants à l’heure des journaux télévisés) et des accidents de vie individuels survenus (ou imaginés) dans la galaxie people, il est possible que cette information-là s’installe dans des poches de résistance, formées de journaux de qualité, rares mais influents, ambitieux, visant à l’essentiel.
Il n’est pas exclu non plus qu’elle connaisse une période de catacombes, confiée sur la Toile aux soins de niches numériques, de circuits incertains, de blogs obstinés, de sites austères gagnant peu à peu la confiance d’un public gavé d’insignifiance.
Sale temps pour les médias, période sinistrée pour les rédactions traditionnelles. Mais le droit de savoir du citoyen n’est pas abrogé. Rien n’est joué, tant que survivra la conscience civique de faire circuler les informations et les idées, et que des journalistes s’emploieront à la tenir en éveil.

Ecrire au médiateur

Daniel Cornu, le médiateur des publications Tamedia Publications romandes SA, peut être contacté par tout lecteur qui n’est pas satisfait de la réponse réservée par une rédaction à ses remarques ou réclamations touchant aux pratiques journalistiques.

Ecrire au médiateur


Ecrire un commentaire

Dites-nous ce que vous pensez de ce billet. Ecrivez un commentaire!

Vos commentaires

Soyez le premier à écrire un commentaire!