Salut Jean Dumur!


Les prix de journalisme ne sont pas destinés à inciter le lauréat au narcissisme ni à valoriser la qualité ou l’activité du donateur. Ils contribuent à une recherche de qualité. Dans ce métier mal balisé, ils offrent aux professionnels des critères et des références.
En Suisse romande, le Prix Jean Dumur est sans doute le plus emblématique. Il se définit par des valeurs qui ont illustré le parcours du journaliste éponyme dans la presse écrite (il fut rédacteur en chef de la Tribune de Lausanne, avant qu’elle ne devienne Le Matin), à la radio et à la télévision (il fut directeur de la Télévision suisse romande): la recherche de la vérité, le courage, la droiture, l’indépendance, l’élégance et la clarté de l’expression.
L’origine du prix? Au cours des années quatre-vingt, un petit groupe de responsables de rédactions romandes avait pris l’habitude de se réunir de manière informelle et conviviale pour débattre de l’état de la profession et des fonctions de rédacteur en chef (ou assimilées), particulièrement exposées.
Jean Dumur était du nombre. De son expérience professionnelle, il a tiré un  livre vif, en forme de pamphlet, qui n’a rien perdu de sa pertinence: Salut Journaliste! Il disparut brusquement en 1986. Ses compagnons de palabres et d’agapes se constituèrent alors en Amis de Jean Dumur et décidèrent d’attribuer chaque année un prix pour honorer sa mémoire. Fait peu commun (et peu connu): le montant du prix est alimenté par les contributions personnelles des Amis eux-mêmes.
J’ai appartenu à ce cercle dès le début. Avec le temps, il s’est élargi et modifié. J’en prends aujourd’hui congé. Une relève est assurée et l’esprit demeure.
Dès l’origine, le choix du lauréat de l’année a fait l’objet de discussions passionnantes et passionnées. Sur plus de vingt ans (le premier prix a été décerné en 1987), la liste des lauréats offre une belle image de la profession en Suisse romande. Cette année, c’est Sylvie Arsever, journaliste au Temps, qui a été choisie. Le moins que l’on puisse écrire est qu’elle ne dépare en rien le palmarès.

Ecrire au médiateur

Daniel Cornu, le médiateur des publications Tamedia Publications romandes SA, peut être contacté par tout lecteur qui n’est pas satisfait de la réponse réservée par une rédaction à ses remarques ou réclamations touchant aux pratiques journalistiques.

Ecrire au médiateur


Ecrire un commentaire

Dites-nous ce que vous pensez de ce billet. Ecrivez un commentaire!

Vos commentaires

Soyez le premier à écrire un commentaire!