Du calme, amis lecteurs!


Le respect de la couleur du drapeau est-il important pour vous ? C’était la question du jour dans l’édition de 24 Heures du 18 octobre. La première lettre retenue par la rédaction est celle de Mme Myriam Belakovsky. Cette lectrice de Prilly dit son attachement à la couleur du drapeau suisse. Un correspondant anonyme lui adresse à son domicile une missive postée à Crissier. Je la cite intégralement : « Bienheureux petits Suisses qui n’ont pas d’autres soucis que la couleur de leur drapeau. Ah ! Mais c’est vrai, ce peuple de berger a tellement souffert de guerre, famine, oppression que ces gentils moutons blancs pleurnicheurs, peureux, méfiants vont se réfugier sous le joug protecteur du grand sauveur Blocher qui va les protéger contre l’envahisseur étranger. Attention que votre dictateur ne change pas la croix blanche contre une croix gammée. Pauvre Suisse. »
Mme Belakovsky est bouleversée par la lettre de cet anti-blochérien furieux. Elle en fait part à la rédaction de 24 Heures. Elle a de très bonne raison d’aimer ce drapeau. « Arrivée de Paris, paniquée, c’était la guerre, je l’entendis soudain claquer au vent. C’était à la montagne, j’étais en sécurité en Suisse par la chance d’un convoi de la Croix-Rouge. J’avais connu à Paris les sirènes, les bombardements et les récits des grandes personnes… A propos de la croix gammée, mon père Edmond Kaiser était juif, ainsi que toute sa famille paternelle et maternelle. »
L’exemple est extrême. Il n’est pas unique. L’anonymat est aujourd’hui banalisé par les usages de l’Internet, hélas ! Il a toujours été l’arme des lâches. On en trouve dans tous les camps. A la suite des élections fédérales du 21 octobre, 24 Heures publie la lettre de Mme Nathalie Bourgeois, de Boulens, qui s’étonne des mots choisis par la presse pour saluer la progression de l’UDC : « victoire », « triomphe »… Elle interroge. Pourquoi ne pas avoir porté en première page l’avancée des Verts ? Pourquoi ne pas avoir appuyé l’entrée au Conseil national de Ricardo Lumengo, « immense victoire » en réponse à la campagne de l’UDC du « mouton noir » ? Cela lui vaut une lettre anonyme en provenance de Saint-Sulpice : « Sale grosse vache ! Nous ne sommes pas des gamins mais des gens haineux et saturés de trois décennies d’immigration et de problèmes. Ne vous plaignez en aucun cas, bobette ! » C’est courageusement signé : « Un groupe de lecteurs excédés ».
La politique ne focalise pas toutes les aigreurs. Une autre lectrice ne s’est-elle pas fait insulter, toujours de manière anonyme, pour avoir rendu hommage à la mémoire de l’humoriste François Silvant ? Le procédé est lamentable. Plus encore, il est dangereux. Les lettres de lecteurs, les forums, une rubrique comme « La question du jour » sont des moyens d’encourager le débat dans le journal, de permettre au plus grand nombre de personnes de s’exprimer. Si chaque auteur de lettre s’expose à des téléphones anonymes, à des insultes, c’est le débat lui-même qui s’en trouve affaibli. Les journaux n’ouvrent pas leurs colonnes pour ne laisser s’écouler qu’un mince filet d’eau tiède. Mais ils attendent de leurs lecteurs un minimum de tolérance, de calme et de civilité.

Ecrire au médiateur

Daniel Cornu, le médiateur des publications Tamedia Publications romandes SA, peut être contacté par tout lecteur qui n’est pas satisfait de la réponse réservée par une rédaction à ses remarques ou réclamations touchant aux pratiques journalistiques.

Ecrire au médiateur


Ecrire un commentaire

Dites-nous ce que vous pensez de ce billet. Ecrivez un commentaire!

Vos commentaires

Soyez le premier à écrire un commentaire!